L’innovation au service de l’agriculture

Cen­tre de l’Agriculture Inté­grée Mod­erne (CAIM) : est un pro­jet de développe­ment durable qui con­siste l’exploita­tion de plusieurs matières pre­mières dans leur ensem­ble, sans aucun effet négatif sur l’environnement.

Cette opti­mi­sa­tion de l’a­gri­cul­ture se fait à tra­vers plusieurs sources d’in­no­va­tion, toutes regroupées et appliquées dans un même lieu : au bord du grand fleuve Konk­ouré en Guinée, tout en respec­tant et pro­mou­vant les objec­tifs du développe­ment durables (ODD) des Nations-Unies.

 

 

Choix de la Guinée

  • La Guinée a 6,2 mil­lions d’hectares de ter­res arables dont 25% sont actuelle­ment exploitées.
  • La Guinée est le château d’eau de l’Afrique de l’ouest.
  • La Guinée ne jouit pas d’une suff­i­sance ali­men­taire.
  • Nous voulons éradi­quer l’exode rur­al et l’immigration clan­des­tine des jeunes en Guinée.
  • Nous voulons créer de l’emploi pour les jeunes et les femmes.
  • Nous voulons con­tribuer à l’autosuffisance ali­men­taire.

 

  • Nous voulons don­ner une image pos­i­tive de la Guinée.
  • Nous voulons créer de la richesse inépuis­able ; le développe­ment durable.
  • Nous voulons con­tribuer à tra­vers des solu­tions inno­vantes et impor­tantes pour le change­ment climatique
  • Nous voulons aider les jeunes Guinéens, en Afrique et ailleurs, afin d’aider leur com­mu­nauté car, « aider les jeunes, c’est aider soi-même, les autres et le monde entier » Jean Claude Richard.

 

DÉFI DE DÉVELOPPEMENT ET SOLUTION LOCALE

Quel défi de développement notre projet vise-t-il à résoudre ?

C’est dans le cadre de la lutte con­tre le chô­mage des jeunes et des femmes des com­munes rurales, l’exode rur­al, la fuite des cerveaux, l’immigration clan­des­tine, la sous ali­men­ta­tion, et la mal­nu­tri­tion en Afrique en général et la Guinée en par­ti­c­uli­er, que nous avons décidé de con­tribuer à l’amélioration des con­di­tions de vie des com­mu­nautés de notre pays. C’est dans cette optique que, le pro­jet CAIM a vu le jour en Guinée.

Dans le Cen­tre de l’Agriculture Inté­grée Mod­erne (CAIM) il a été fait le choix d’une agri­cul­ture bio (cul­ture maraîchère et cul­ture de rente ou d’exportation), sans l’utilisation des pro­duits chim­iques, la pépinière de divers arbres pour le reboise­ment, l’éle­vage pour l’obtention, l’utilisation et la pro­mo­tion des engrais organiques (fientes), la pis­ci­cul­ture de l’eau douce, la restau­ra­tion de la gas­tronomie africaine en majorité, l’éco-tourisme, la trans­for­ma­tion, la val­ori­sa­tion et la pro­mo­tion des pro­duits locaux, la sen­si­bil­i­sa­tion, la for­ma­tion (incu­ba­tion et accom­pa­g­ne­ment) des jeunes et des femmes rurales et urbaines guinéennes, et toutes per­son­nes désireuses pour venir appren­dre nos savoirs faire et notre vision sur le développe­ment durable, et la mise en place d’un petit cen­tre de recherche dudit centre.

Voici nos domaines d’intervention réunis dans un même endroit :

  • Agri­cul­ture bio (cul­ture maraichère et cul­ture de rente ou d’exportation)
  • Éle­vage
  • Pis­ci­cul­ture
  • Com­postage
  • Amé­nage­ment (irri­ga­tion et drainage)
  • Agro-incu­ba­tion
  • For­ma­tion (courte et longe durée de 70% pratique)
  • Accom­pa­g­ne­ment (tech­nique et financier)
  • Pépinière
  • Trans­for­ma­tion des pro­duits locaux
  • Mon­tage de machines agricoles
  • Eco-tourisme
  • Gas­tronomie africaine (restau­ra­tion guinéenne et africaine)
  • Cen­tre de recherche (Micro)

 

Aucun pays ne peut se dévelop­per sans l’agriculture dans les milieux ruraux en asso­ciant les jeunes et les femmes. Le véri­ta­ble développe­ment, c’est le développe­ment par­tic­i­patif par les com­mu­nautés et pour les com­mu­nautés. Enfin pro­mou­voir et encour­ager la cul­ture de vivre à vie : con­som­mons ce que nous pro­duisons et pro­duisons ce que nous consommons.

Centre de l’Agriculture Intégrée Moderne : projet innovant

Le CAIM apporte des solu­tions con­crètes et impor­tantes liées au chô­mage des jeunes et des femmes dans les milieux ruraux notam­ment, l’exode rur­al, la fuite des cerveaux, l’immigration clan­des­tine, la sous ali­men­ta­tion et la malnutrition.

Ce cen­tre a pour rôle prin­ci­pal de pro­duire, de trans­former et de pro­mou­voir les pro­duits saints diver­si­fiés à l’échelle nationale et inter­na­tionale, la for­ma­tion et l’accom­pa­g­ne­ment des jeunes pour con­tribuer au développe­ment du pays, tout en respec­tant les objec­tifs de développe­ment durable (ODD).

La réal­i­sa­tion par­faite de ce pro­jet sera un grand levi­er de développe­ment dans les pays en voie de développe­ment, et voire même le monde entier pour l’atteinte des objec­tifs de développe­ment durable.

INTÉGRATION DANS LA NATURE

De nos jours, le développe­ment durable est la préoc­cu­pa­tion majeure des gou­verne­ments et des grandes insti­tu­tions inter­na­tionales. Il a fait couler beau­coup d’encres et de salives. Vivre bien dans nos dif­férentes com­mu­nautés actuelles et garan­tir une vie meilleure aux futures généra­tions, est l’une des meilleures actions à soutenir, encour­ager, pro­téger, pro­mou­voir et péren­nis­er par tous.

Le monde va mal actuelle­ment à tra­vers la mau­vaise ges­tion de l’environnement par bon nom­bre de per­son­nes. Si des solu­tions con­crètes et impor­tantes ne sont pas pris­es, nous vivrons et finirons plus en plus mal, et y con­damnerons la vie des inno­centes futures générations.

C’est dans cette optique, nous avons ini­tié le pro­jet Cen­tre de l’Agriculture Inté­grée Mod­erne (CAIM), qui peut être propagé dans le monde entier en appor­tant des solu­tions impor­tantes à la vie des généra­tions actuelles dans leur société et des futures généra­tions. Notre solu­tion inno­vante con­siste à pos­er des actions con­crètes pour le bien-être des per­son­nes et la pro­tec­tion de l’environnement en faisant : la pro­duc­tion et la pro­mo­tion des pro­duits saints, la créa­tion d’emplois dans les com­munes rurales et urbaines, le reboise­ment, la sen­si­bil­i­sa­tion dig­i­tale en grande par­tie et la for­ma­tion des jeunes et des femmes à tra­vers notre approche fais­able, pos­i­tive et efficace.

Impact durable et viabilité du projet

Notre pro­jet a un fort impact posi­tif con­cret à tra­vers les dimen­sions sociales, économiques et envi­ron­nemen­tales.
Il con­siste à pro­téger l’environnement en faisant l’agri­cul­ture inté­grée mod­erne dans la com­mune rurale de Tanènè Boura­mayah (Dubré­ka-Guinée), qui peut être déployé dans tout le pays et à l’échelle internationale.
Faire l’agri­cul­ture bio (cul­ture maraichère et cul­ture de rente ou d’exportation) sans l’utilisation des pro­duits chim­iques, la pépinière de divers arbres pour le reboise­ment, l’élevage pour l’obtention, l’utilisation et la pro­mo­tion des engrais organiques (fientes), la pis­ci­cul­ture de l’eau douce, la restau­ra­tion de la gas­tronomie africaine en pri­or­ité, l’éco-tourisme, la trans­for­ma­tion, la val­ori­sa­tion et la pro­mo­tion des pro­duits locaux, la sen­si­bil­i­sa­tion et la for­ma­tion (incu­ba­tion et accom­pa­g­ne­ment) des jeunes et des femmes rurales et urbaines guinéennes et le reste du monde nos savoirs faire et notre vision à tra­vers l’internet, et la mise en place d’un petit cen­tre de recherche dudit centre.

Stabilité, implémentation et collaboration

Nous réal­isons ce pro­jet en Guinée pour con­tribuer au développe­ment de notre com­mu­nauté pour être utiles à l’échelle nationale et inter­na­tionale.

Sur ce, nous seront ouverts et prêts à tra­vailler avec toute per­son­ne physique et morale dans tous les niveaux qui souhait­ent col­la­bor­er, même suc­cincte­ment avec nous, pour attein­dre le meilleur résul­tat sur le ter­rain. Notre pro­jet a ain­si résulté de parte­nar­i­ats effi­caces entre plusieurs acteurs de la chaîne de valeur (secteurs pub­lic, privé et civil).

La préoc­cu­pa­tion majeure des décideurs nationaux et inter­na­tionaux dans tous les niveaux de la vie est le développe­ment durable. Notre pro­jet a pour objec­tif d’atteindre effi­cace­ment les objec­tifs de développe­ment durable (ODD) des Nations-Unies. Il sera facile pos­si­ble de repro­duire et/ou met­tre à l’échelle ailleurs à tra­vers les parte­nar­i­ats pour faciliter le trans­fert de la tech­nolo­gie d’un pays à un autre.

 

BESOIN DE FINANCEMENT

Notre pro­jet a besoin d’un accom­pa­g­ne­ment tech­nique et financier pour son exé­cu­tion. Mais cela ne nous empêche pas de le réalis­er avec un esprit inno­vant dans la plan­i­fi­ca­tion et la réal­i­sa­tion des activ­ités par pri­or­ité. Cette approche nous a beau­coup aidés en réal­isant cer­taines activ­ités moins cou­teuses et généra­tri­ces de revenus rapi­des et boost­er le prof­it dans d’autres activ­ités dudit projet.

Grâce à de nou­veaux finnace­ments, nous pourrons :

  • aug­men­tater la capac­ité de pro­duc­tion de nos cul­tures maraichères,
  • planter de nou­veaux arbres dans nos pépinières pour le reboise­ment des zones rav­agées et en voie de destruc­tion en Guinée,
  • cer­ti­fi­er nos pro­duits en label bio, par un lab­o­ra­toire inter­na­tion­al afin d’ajouter la valeur à nos pro­duits auprès de nos clients actuels et poten­tiels à l’échelle nationale et internationales,
  • acheter une grande motopompe pour faciliter l’irrigation automatique,
  • achev­er nos 2 poulaillers et notre cen­tre de for­ma­tion (incu­ba­tion rurale pre­mière fois en Guinée) pour des jeunes et des femmes venant de dif­férents com­mu­nauté guinéennes et d’autres pays : ils seront de « Futurs Ambas­sadeurs du Monde Vert » 
  • sen­si­bilis­er et pro­mou­voir nos actions et com­mu­ni­quer sur le web et les réseaux soci­aux afin d’im­pacter pos­i­tive­ment beau­coup de per­son­nes dans le monde.

Lauréat du projet BoCJEJ en 2018

Cli­quer ici

Prix Meilleur Jeune Entrepreneur de l’année 2019 par SADEN

Pub­li­ca­tion du 14 mars 2019, 17:34